ALCOOLODÉPENDANCE : NOUVEL ÉPISODE SUR LA POSOLOGIE MAXIMALE DE BACLOFÈNE

Par DAVID PAITRAUD – date de publication : 11 mars 2021

Par décision du 4 mars 2021, le Tribunal administratif (TA) de Cergy-Pontoise :

  • annule la limitation de posologie à 80 mg par jour de baclofène, telle que mentionnée dans l’AMM* de BACLOCUR 10 mg, 20 mg et 40 mg comprimé pelliculé sécable ;
  • ordonne à l’ANSM** de supprimer la limitation à 80 mg par jour dans les AMM et autres documents relatifs à ces spécialités et de réviser les recommandations posologiques de ces spécialités dans un délai de 6 mois.

Cette décision fait suite à une requête de l’association Aubes et du collectif Baclohelp, dénonçant la non pertinence scientifique et médicale de cette posologie maximale.

Dans ses conclusions, le TA évoque une décision entachée d’une « erreur manifeste d’appréciation » de la part de l’ANSM, ayant conduit à fixer une posologie maximale de 80 mg par jour de baclofène dans le cadre de la prise en charge des patients dépendants à l’alcool.

En pratique, suite à cette décision, l’ANSM doit initier, dans un délai de 6 mois, une révision des AMM de BACLOCUR 10 mg, 20 mg et 40 mg comprimé pelliculé sécable afin de supprimer la posologie maximale actuellement mentionnée. À noter que la spécialité BACLOCUR 30 mg comprimé pelliculé sécable n’est pas concernée ; aucune requête n’a été déposée pour ce dosage.

L’ANSM a indiqué son intention de faire appel de cette décision du TA de Cergy-Pontoise (source APM).

* Autorisation de mise sur le marché
** Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé

Par décision du 4 mars 2021, le Tribunal administratif (TA) de Cergy-Pontoise a annulé la limitation de posologie du baclofène à 80 mg par jour dans le cadre de la prise en charge de la dépendance à l’alcool.

Par cette même décision, il ordonne à l’ANSM de réviser, dans un délai de 6 mois, les AMM et l’ensemble des documents relatifs aux spécialités BACLOCUR 10 mg, 20 mg et 40 mg comprimé pelliculé sécable (cfEncadré 1), afin de supprimer la posologie maximale de 80 mg par jour actuellement mentionnée (brochure patientcourrier d’accompagnementguide prescripteur).

Encadré 1 – Indication thérapeutique de BACLOCUR
Réduction de la consommation d’alcool, après échec des autres traitements médicamenteux disponibles, chez les patients adultes ayant une dépendance à l’alcool et une consommation d’alcool à risque élevé (> 60 g/jour pour les hommes ou > 40 g/jour pour les femmes) [cfVIDAL Reco « Alcool : prise en charge du mésusage »].
Cette décision fait suite à une requête déposée par le collectif Baclohelp et l’association Aubes. Suite à l’octroi d’une AMM pour les spécialités BACLOCUR, ces derniers avaient contesté la limitation de la posologie maximale, dès 2018, devant le Conseil d’État, entraînant la suspension provisoire des AMM quelques jours après leur commercialisation (cfnotre article du 18 juin 2020). Cette décision a été annulée en novembre 2020, permettant la remise à disposition de BACLOCUR dans les pharmacies françaises dès le mois de décembre 2020 (cfnotre article du 30 novembre 2020).

La décision du 4 mars 2021 ne s’applique pas à BACLOCUR 30 mg comprimé pelliculé sécable, non visée par la requête déposée auprès du TA de Cergy-Pontoise.

2017 : l’ANSM fixe la posologie maximale de 80 mg/jour
La limitation de la posologie quotidienne à 80 mg, telle que mentionnée dans les AMM de BACLOCUR, est à l’origine de nombreuses contestations de la part de certains prescripteurs et associations de patients.

Cette posologie maximale a été fixée en juillet 2017 dans le cadre de la recommandation temporaire d’utilisation (RTU), sur la base des études suggérant un risque accru d’hospitalisation et de décès avec de plus fortes dose de baclofène.

Plus précisément, une étude épidémiologique conduite par la Cnamts, en collaboration avec l’ANSM et l’Inserm, a montré que pour la période 2009–2015, l’utilisation du baclofène était associée à un risque accru et dose-dépendant d’hospitalisation et de décès par rapport aux traitements médicamenteux autorisés pour traiter la dépendance à l’alcool (cfEncadré 2).

Encadré 2 – Synthèse des résultats de l’étude épidémiologique portant sur le baclofène
  • Aux doses faibles et modérées (inférieures à 75 mg/jour), le risque d’hospitalisation est faiblement augmenté par rapport aux traitements de l’alcoolodépendance (de 9% aux doses inférieures à 30 mg/jour et de 12% aux doses entre 30 et 75 mg/jour) et le risque de décès n’est pas augmenté.
  • Pour des doses entre 75 mg/jour et 180 mg/jour, le risque d’hospitalisation est modérément augmenté de 15% par rapport aux traitements de la dépendance à l’alcool, mais le risque de décès est multiplié par 1,5.
  • Au-delà de 180 mg/jour, malgré une analyse portant sur des effectifs limités, la hausse du risque d’hospitalisation et surtout de décès des patients traités par baclofène par rapport aux traitements de la dépendance à l’alcool apparaît particulièrement nette : la fréquence des hospitalisations est augmentée de 46 % et le risque de décès est multiplié par 2,27.
2021 : une « erreur manifeste d’appréciation« , selon le TA de Cergy-Pontoise
Dans sa décision du 4 mars 2021, le TA de Cergy-Pontoise estime que l’ANSM « a entaché sa décision (de limiter la posologie à 80 mg/jour) d’une erreur manifeste d’appréciation ».
Selon les conclusions du tribunal formulées dans la décision du 4 mars 2021 :
  • d’une part, il n’existe aucune obligation législative ou réglementaire de limiter la posologie d’un médicament dans une autorisation de mise sur le marché ;
  • d’autre part, dans des conditions normales et encadrées d’utilisation, avec un suivi personnalisé, il n’est pas établi que l’administration de doses supérieures à 80 mg par jour induise un risque aggravé pour les patients.
Le tribunal souligne que l’étude prise en compte par l’ANSM pour établir la posologie maximale ne permet pas d’établir de lien de causalité entre la consommation au-delà de 80 mg par jour de baclofène et les hospitalisations.
En outre, s’appuyant sur les posologies utilisées dans les essais Alpadir et Bacloville (posologie majoritairement supérieure à 120 mg de baclofène par jour), le tribunal conclut à l’absence d’analyse d’efficacité ou de sécurité chez les patients ayant reçu la dose maximale de 80 mg par jour.

La promesse de nouveaux épisodes
L’ANSM a indiqué son intention de faire appel de la décision du TA de Cergy-Pontoise (source APM – 9 mars 2021). Elle dispose de 2 mois pour déposer un recours devant une cour administrative d’appel (CCA).
Pour autant, cette démarche n’est pas suspensive et l’ANSM est tenue d’exécuter la décision du TA jusqu’à ce que la CAA rende sa décision.